Eq1 : rude victoire à Dax

23 octobre 2017 à 9 h 34 min

Après la réception victorieuse de l’Elan Tursan Basket, un nouveau challenge attendait la JIL Colayrac, avec un déplacement périlleux à Adour Dax Basket, qui restait sur 2 revers consécutifs, mais chez qui il est toujours difficile de s’imposer.

Les premières minutes du match donnent le ton : agressivité, virilité et ambiance hostile sont les maîtres mots de cette rencontre. Malgré les avertissements du coach Alexandre Tansini durant toute la semaine, les joueurs de Colayrac sont pris à la gorge par des locaux voulant à tous prix faire tomber la seule équipe invaincue dans leur chaudron. Les visiteurs courent après le score durant toute la 1ère mi-temps, notamment privés de certains cadres à cause de trop nombreuses fautes (Mangiardi et Pocora à 2 fautes au 1er quart temps). La JILC courbe l’échine, encaisse, mais reste au contact, avec quelques actions pleines de malice de la part du capitaine Laulan et de Romain Catarino.

On pensait que la rudesse avait atteint son paroxysme lors de la 1ère mi temps mais il n’en n’était rien : le second acte offrait aux spectateurs de Bastennes des actions qui ressemblaient de moins en moins à du Basket. Fautes antisportives en pagaille, de l’énervement, des bousculades…bref la JILC semble perdre pied.

Début du 4ème quart temps, peut être le tournant du match, le coach Tansini prend une faute technique, jugeant injuste certaines décisions arbitrales, qui notamment mettaient la santé de ses joueurs en question. Après cela, hasard ou non, ce sont les Dacquois qui ont commencé à perdre pied, conjugué à un changement de défense des lot et garonnais. A 3 minutes de la fin, Colayrac passe devant au score, et ne lâchera plus. Quelques lancers francs plus tard, la JILC peut savourer sa victoire, peut être pas la plus belle, mais sûrement la plus importante de la saison.

Les corps rentrent des Landes meurtris, endoloris, mais les coeurs et les têtes beaucoup plus légers.

Cette victoire est celle d’un groupe qui a réussi à rester uni et concentré face à une adversité qu’elle n’avait jusque là pas encore connue. Colayrac continue son petit bonhomme de chemin en Pré Nationale invaincu, avant la réception de Mérignac, ancien pensionnaire de Nationale 3, un nouveau gros test en perspective.